29 juin 2015

Aurore, association de lutte contre l'exclusion sociale

Le groupe de travail des chargé-es de mission ESS en collectivités se réunissait le 2 juin pour une séance de travail avec l'Atelier. Pour l'occasion, il s'est rendu dans l'ancien hôpital Saint Vincent de Paul situé 72 avenue Denfert-Rochereau dans le 14e arrondissement de Paris, aujourd'hui occupé par l'Association de lutte contre l'exclusion sociale Aurore.

Partager cette page

Un site, un projet

Le site s'étend sur un peu plus de 3,4 hectares, et appartient encore à l'heure actuelle aux services de l'AP-HP qui n'occupent plus les locaux depuis 3 ans. Depuis, ces derniers étant vides, ils ont été mis à disposition de l'association Aurore qui a obtenu une convention de gestion/occupation en octobre 2014 perdurant jusqu'au début des travaux d'aménagement de l'éco-quartier prévus pour l'année 2017.

L'idée est donc d'occuper les locaux sur cette période transitoire.

Le site dont certains bâtiments datent du XVIIe siècle, regorge de bâtisses hétérogènes et chargées d'histoire, quelques bâtiments vont ainsi être conservés pour leur intérêt patrimonial, tandis que les autres seront rasés pour laisser place à l'éco-quartier.

Les locaux sont occupés actuellement pour de l'hébergement d'urgence par l'association Aurore. Par ailleurs, cette dernière n'occupe pas la totalité des locaux par son activité d'hébergement, certains bâtiments sont également occupés par des bureaux, d'autres sont encore vides et sont ouverts à l'accueil d'associations. La mairie organise également des ateliers de concertation dans le but de se projeter dans l'avenir et de préparer le futur en testant des activités sur le site.

Un modèle économique

L'association dispose ainsi d'une convention de gestion/occupation des lieux, le budget nécessaire à la gestion d'un tel site avoisine un peu plus d'un million d'euros, bien que l'association ne paye pas de loyer et qu'il s'agisse d'une mise à disposition par l'AP-HP. De tels locaux nécessitent une remise en état ainsi qu'un service de gardiennage.

Les subventions octroyées pour l'activité d'hébergement permettent de couvrir 60% des charges, le reste doit être couvert grâce à l'accueil d'autres structures sur le site.

Une réelle volonté d'ouvrir le site sur le quartier est exprimée, mais il faut remettre le site aux normes de sécurité avant cette ouverture.

Un site investi par des partenaires associatifs

Afin d'ouvrir le site vers l'extérieur et de pérenniser sa gestion, plusieurs associations ont d'ores et déjà pour projet d'investir les locaux, ou s'y installeront prochainement telles que Culture du Cœur ou les petits débrouillards.

D'autres ont même déjà pris possession de certains espaces telle que Carton Plein 75 (structure d'insertion par l'emploi), Artemisia, ou encore la Boutique des Frissons proposant de petits ateliers, spectacles en lien et en ouverture sur le quartier, dans le but de proposer une « activation douce » d'une dynamique au sein du quartier.

La disponibilité temporaire des locaux, s'inscrit dans le schéma de fonctionnement de l'associationla Boutique des Frissons, qui s'installe généralement 1 mois, dans des locaux vides (en attente d'ouverture de commerce) dans une logique de nomadisme, d'espaces en espaces.

L'association Coallia devrait également proposer 250 places d'hébergement, une fois que des travaux de remise aux normes seront effectués.

En attendant ces nouveaux venus, l'entreprise d'insertion Nature-Espace, s'affaire autour des espaces verts du site jusqu'ici laissés en friche, lors d'ateliers participatifs avec les résidents du site.

Des travaux sont donc prévus sur la plupart des bâtiments du site afin de permettre l'accueil de publics. Toutefois, cette remise en état nécessite des coûts, ce qui s'avère problématique au vue du caractère temporaire de la plupart des bâtiments.

Les locaux de Saint Vincent de Paul sont donc prêts à vous accueillir, si vous êtes une structure en recherche de locaux, apportant du lien social et permettant une ouverture sur le quartier, et que vous êtes capable d'apporter une contribution financière à l'occupation des locaux, il reste quelques espaces disponibles au sein de ce site riche en initiatives et prometteur d'échanges solidaires !

L'accès à l'immobilier d'activités pour les acteurs de l'ESS

Le lien vers l'article : cliquez ici

En savoir plus sur cette journée

A la suite de la première matinée d'échanges de pratiques organisée en mars sur la place de l'économie sociale et solidaire dans les nouveaux contrats de ville, nous nous sommes retrouvés le 2 juin dernier autour d'une thématique cruciale pour les collectivités qui souhaitent favoriser l'ancrage et la pérennité des initiatives socio-économiques dans un contexte de pression immobilière forte.