1er mars 2012

Matinée PTCE : présentation de 4 initiatives

Le 17 février 2012, l'Atelier, la Cress Île-de-France et le Coorace organisaient une matinée d'information sur les Pôles territoriaux de coopération économique. Deux structures présentaient des retours d'expériences. L'occasion de découvrir les différentes formes que peuvent prendre ces dynamiques territoriales.

Partager cette page

Initiatives et Cité, Lille

Présenté par Sandrino Graceffa, PDG du groupe Initiatives & Cité.

bannière logo initiatives et cité

Initiatives et Cité est un regroupement d'une dizaine d'entreprises, créé en 2010, à Lille. Le groupe compte aujourd'hui quinze entreprises qui génèrent en cumulé 25 millions d'euros de chiffre d'affaires, pour 400 emplois en ETP.

Les entreprises du regroupement, ou "grappe" pour reprendre les propres mots de Sandrino Graceffa, oeuvrent dans le conseil, la formation, le développement durable. L'une d'entre elles est une coopérative d'activités et d'emploi... Toutes ces structures travaillaient ensemble avant la création de la grappe, qui a été montée en seulement six mois.

Initiatives et Cité a trois priorités pour ses membres :

  1. développer le chiffre d'affaires,
  2. créer et mettre en place une véritable politique de ressources humaines, indispensable pour les entreprises de la grappe,
  3. mutualiser, permettre l'achat groupé, la veille commune (pour des réponses collectives à des appels d'offres par exemple), le partage d'emplois...

Le premier résultat concret et rapide du regroupement a été l'uniformisation des conditions bancaires, alignées sur celles de la plus grosse entreprise.

Seulement 7 % des finances d'Initiatives et Cité sont d'origines publiques. La société anonyme en union d'économie sociale (un statut coopératif créé en 1983) se finance via ses services bien sûr, ainsi que grâce à une cotisation annuelle liée au nombre d'emplois (de 300 à 4000 euros). Le mode de financement le plus original réside sans doute dans la "taxe Tobin" interne, qui consiste en un pourcentage variable lié aux flux financiers entre membres et à l'implication dans le regroupement, déterminé comme suit :

  • relations d'affaires : 3 %
  • cotraitance : 4 % 
  • réponse commune à un appel d'offres : 15 %

Opale, Cnar Culture

Luc de Larminat, Directeur et Délégué général du Cnar Culture, porté par l'association Opale, présente trois initiatives de clusters culturels, exemples de situations très différentes par leurs histoires et leurs territoires.

logo opale cnar culture

Présentation de trois projets de coopération économiques dans le domaine culturel :

  • les Articulteurs, à Redon,
  • Culture et coopération, à Saint-Etienne,
  • un projet à Quimper.

Les Articulteurs

logo articulteurs

Les Articulteurs fédèrent depuis 2004 divers structures du Pays de Redon et de Vilaine. Au travers d'une démarche coopérative, ils placent la culture au cœur du développement local du territoire.

Les Articulteurs ont pour but de conceptualiser, réaliser et diffuser des actions culturelles innovantes et mutualisées, créant ainsi :

  • du développement économique par la création d'emplois et de richesses,
  • du développement territorial par la valorisation du territoire et de son patrimoine,
  • de l'insertion et du lien social en s'adressant aux populations éloignées de l'emploi ou handicapées et plus largement à l'ensemble de la population du Pays.

Ce projet a ainsi permis d'identifier un écosystème socioéconomique dynamique et a débouché sur la création d'un « cluster » ou « grappe d'entreprises » dit « culturel ». Plusieurs actions sont développées :

  • la création de sociétés de services et de niches économiques liées au patrimoine et ressources du territoire,
  • des outils de mutualisation des moyens humains et logistiques,
  • des activités de recherche et formation,
  • des partenariats régionaux et européens.

Le site des Articulteurs

Culture & Coopération

En 2006, un collectif d'organisations culturelles de la Loire, actives à différentes échelle du territoire, se constituent au sein d'un collectif, La Limace. Il s'agit de faire poids et répondre ensemble à un appel d'offre pour la gestion en délégation de service public de la scène de musiques actuelles Le Fil.

L'élu en charge de la culture à Saint-Étienne les incite à cette démarche de regroupement pour qu'ils aient une proposition suffisamment solide au regard du cahier des charges. La Limace remporte la proposition face à un gros producteur national.

Ensuite, la dynamique collective essaime :

  • un cinéma est repris en société coopérative d'intérêt collectif (Scic, un statut coopératif),
  • une fédération de producteurs indépendants se monte pour distribuer équitablement les œuvres,
  • un café-lecture associatif s'ouvre aux expressions populaires,
  • un groupement d'employeurs se constitue.

De cet esprit d'entreprendre ensemble, une grappe de 18 entreprises créatives et solidaires, nommée Culture & Coopération, est née en 2010 pour porter leurs désirs de mutualisation, leurs envies d'associations, leurs aspiration à coopérer.

Culture & Coopération par Loire Solidaires

Projet de Quimper

Une dizaine d'acteurs culturels (associations, régie municipale, EPCC...) et la ville de Quimper collaborent à la construction d'un pôle culturel autour du théâtre Max Jacob.

Les structures associées à cette démarche couvrent une grande diversité de disciplines (musiques, théâtre, arts plastiques et visuels...), de secteurs (culturel et socioculturel) et d'activités(enseignement, pratique semi-pro ou pro). A terme, le projet intègrera la présence permanente de certaines structures sur le site, la gestion des espaces mutualisés (théâtre notamment) et la mise en oeuvre de projets collectifs, expérimentaux et transversaux.

En questionnement actuellement :

  • faut-il créer une association ? 
  • quel mode de contractualisation avec la ville ?

La structuration du collectif est accompagnéedans le cadre d'un dispositif local d'accompagnement (DLA).